•  

    .

    . 

    Ouvrir les futurs pour libérer le présent, avec Mathieu Baudin, historien prospectiviste & Isabelle Giordano, philanthrope engagée

    Uchronie de l'épisode 20 du podcast "Dites à l'Avenir que nous arrivons"

    *Uchronie, sur wikipedia : Selon l'inventeur du terme, Charles Renouvier, l'auteur d'une uchronie « écrit l'histoire, non telle qu'elle fut, mais telle qu'elle aurait pu être, à ce qu'il croit ».

    Dans le cadre de ce podcast, uchronie = mise en perspective sur les 20 ans à venir d'idées poussées par Mathieu Baudin, invité de ce podcast, dans un texte co-écrit par Carole Babin-Chevaye et Mathieu Baudin et lu par Isabelle Giordano.

     

    .

    Isabelle Giordano :

    Septembre 2040… à Delphes.
    Entre des pierres millénaires, une mer d’oliviers et une vue plongeante vers le golfe de Corinthe…
    le voilà, ce moment que nous attendions tous depuis si longtemps.


    À près d’une myriade,
    investissant l’ensemble du village de Delphes,
    nous sommes sur LE point du monde
    où l’on parle de futurs régulièrement. 
    Une tradition d’avenir remise au gout du jour depuis les années 2020.
    La Quintennale des futurs qui s’étale sur 1 mois
    à l’échelle planétaire.
    Où chacun façonne l’évènement qui lui va,
    sur le temps qui lui sied.  

    Et en cette date symbolique,
    toutes les organisations sont venues faire résonner leurs points d’orgue…


    Le momentum des momentums. 

     

    Tiens… c’est qui ces jeunes au sourire lumineux

    qui arrivent pour nous accueillir ?
    Tu les connais Mathieu ? 

     

    Mathieu Baudin :

    — C’est Jeanne, ma fille ! Avec plusieurs de ses ami(e)s.
    Ils sont tous là, qui ont 20 ans ou quasi cette année :

    Jeanne, Adèle, Philéas, Ulysse, Elie, Térésa et les autres.
    Je crois tellement en cette génération !
    Ils ont tous les ingrédients : curiosité, énergie, connaissance, réseaux
    interconnectés, multilinguisme, bienveillance et bien vaillance…
    Ils partent de plus loin que nous, et vont pouvoir nous dépasser.

    Le monde en a encore besoin. 

     

    Isabelle Giordano :

    — C’est vrai que ces jeunes sont d’une ouverture à demain comme on en jamais eue !
    Ils savent
    profondément
    que demain dépend d’eux.


    Qu’ils ont à la fois une responsabilité
    et une marge de liberté incroyable. 

    C’est dû en grande partie à ces cours de futurs qui ont émergé dans les années 2025,
    sous des formes aussi variées

    que la diversité des enseignants sans précédent qui les professaient.  
    Des historiennes et des historiens racontaient aux collégiens l’histoire des
    temps à venir,
    quand des scientifiques imaginaient des révolutions technologiques pouvant changer
    notre perception du monde ;
    les professeurs d’EPS, eux, ont proposé du sport mental et des cours d’autodéfense intellectuelle,
    tandis que celles et ceux d’éducation civique ont construit des cours d’éducation planétaire,
    où la nature fut dotée de droits en prévision de la terraformation de mars.
    Cela nous amena à penser nos relations aux autres différemment… humains et non
    humains.  

    Tous sentients. 

     

    Chacun a ainsi invité l’horizon dans ce qu’il dispensait.
    Tu le disais d’ailleurs souvent :

    demain sera profondément ce que l’on va en faire. 
    Et là était la clef.
    Ce n’était pas le passé qui continuait,
    ou un présent augmenté,
    mais un ad-venir qui était convoqué. 

     

    De concert,  

    le Vice-Premier-Ministredu Temps Long, arbitre de l’ikigaï des projets,
    et le Secrétaire d’État aux bonnes idées en charge des expérimentations
    ont mis le futur à l’actualité au début des années 30. 

    Nous nous sommes ainsi mis à regoûter le Temps Long,
    plantant des forêts pour que de petits-petits-enfants
    puissent baigner en biodiversité
    l’invitant au cœur de nos décisions
    nous désaliénant de ce court terme
    dont on ne savait plus vraiment à quel moment

    on l’avait choisi pour seul horizon.  

    L’ensemencement du réel est dû en grande partie à ces Conspiratrices et ces Conspirateurs positifs.
    qui face au déni ont préféré le déclic 
    et qui face à toutes celles et ceux qui disaient :

    - c’est impossible,
    ont répondu

    - OK, on s’en occupe . 

     

    Au milieu des années 30, Les Nouveaux Médicis se sont enfin révélés,
    eux qui ont sanctuarisé des pans entiers de forêts primaires
    pour que plus rien ne s’y passe…
    Rien faire dans un monde où tout bouge…
    un véritable acte de résistance créative !

    Nous avons aussi eu un allié inattendu… les pandémies.
    Qui nous ont forcés à faire la pause dont nous avions profondément besoin  

    sans jamais nous permettre de prendre le temps de la faire.  

    Provoquant l’arrêt de nos habitudes,
    elles nous ont permis de faire l’inventaire de l’essentiel. 
    Et nous nous sommes aperçus  

    que nous partagions les mêmes envies, les mêmes aspirations
    comme…
    se reconnecter à soi, aux autres et à la planète ;

    prendre du temps pour élever nos enfants, véritable richesse de demain ;
    ou encore arrêter de faire ce qui était inutile — l’apoptose dont parlait Pascal Picq.
    Laissant passer ce qui était dépassé. 

     

    Puis, on a amélioré ce qu’on ne faisait pas si bien que cela
    pour le monde dans lequel on voulait vivre.
    Et plus encore, on a adopté plein de nouveaux comportements
    à titre personnel, dans nos emplois, dans nos villes, dans nos régions, dans
    nos pays.

    Tout le monde était bienvenu,
    avec la puissance qu’il avait envie d’allouer pour faire sa part… de pélican —
    vu l’ampleur de la tâche. 

    Quel chemin Mathieu !
    Et je te retrouve, toujours doté de cette incroyable énergie
    que tu as désormais mise au service de la nouvelle génération.
    Qui a décidé de reprendre le chantier en poursuivant l’aventure.  

     

    Mathieu Baudin :
    - Ce qui est bien avec le futur, c’est qu’il est toujours d’actualité !
    Et ce qui est bien avec les pierres,
    c’est qu’elles élèvent toujours les femmes et les hommes qui les érigent.
    Quelle que soit l’époque.
    Quel que soit le genre.
    Quelles que soient les générations.
    D’Hypatie, de Patrick à Jeanne…  

     

     

    Podcast diffusé par les Eclaireurs de CANAL + à partir du 15 juillet 2022.

     

     

     

     

     

     

     

    .

Tous Les Articles
×